Les mines du Noshaq

Un champ de mines anti-personnelles, vestige récent de la guerre civile entre talibans et moudjahidin de l’Alliance du Nord, barre à plus de 3.000 m d’altitude l’accès au Noshaq. Le commandant Massoud craignait une invasion des talibans par cette vallée depuis le Pakistan voisin. Même au fond de l’Hindu Kush, dans l’étroite vallée qui mène au Noshaq, l’expédition est confrontée à 640 mines antipersonnelles placées par les moudjahidin en 2000 pour empêcher toute intrusion des talibans depuis le Pakistan voisin…

Pour atteindre le pied du Noshaq, l’expédition Oxus de 2003 a dû contourner le champ de mine. Les locaux ont alors ouvert le nouveau sentier vers le camp de base, avec le plein soutien du commandant militaire local qui avait participé au minage en 2000. En deux jours de marche, il a mené en personne l’expédition et ses porteurs au delà du champ de mine, montant droit dans les pentes et traversant d’énormes éboulis à 300 mètres au dessus de l’étroite vallée minée… Un nouveau sentier sûr est ouvert, mais ce champ de mine reste : même s’il existe aujourd’hui un projet associatif de déminage de l’accès au Noshaq, il ne fait pas partie des priorités des démineurs « officiels ». L’urgence, ce sont les zones urbaines, agricoles et les routes. Il reste sans doute plus d’un million de mines dans le pays. Chaque mois, des civils y perdent une jambe ou la vie. Des milliers de personnes travaillent aujourd’hui encore au programme de déminage des Nations Unis en Afghanistan.

© 2009 Les Afghans au sommet - Association loi 1901