Le Wakhan

Le Wakhan est une étroite bande de terre qui se glisse entre le Pakistan et le Tadjikistan, et qui s’étire sur 350km jusqu'à la Chine. Trois chaînes de montagne y convergent, pour former ce que l’on appelle le Nœud du Pamir : l’Hindu Kush, le Karakoram et le Pamir. Le Wakhan est composé de deux parties, le Corridor du Wakhan, et le Pamir Afghan. C’est là que se trouve la source de l’Oxus. Une faune intacte y subsiste : on peut y voir notamment le célèbre Marco Polo, le léopard des neiges et l’ours brun. Le loup gris, le renard rouge, l’ibex et autres chats sauvages vivent aussi dans la région.

Les Wakhis vivent dans le Corridor du Wakhan, entre 2.000 et 3.000m, tandis que les Kirghizes habitent plus haut et plus loin, au-dessus de 4.000m, dans le Pamir Afghan, qu’on appelle aussi « Bam-e-Dunya », ou Toit du Monde.
Les Wakhis sont environ 10.000 à vivre en Afghanistan (ils seraient 40.000 à vivre dans les vallées des alentours au Tadjikistan, au Pakistan et en Chine). Ce sont des fermiers qui vivent en sédentaires dans leurs villages. Ils cultivent essentiellement le blé, l’orge, les pommes de terre. Chaque été, ils emmènent leurs bêtes à la pâture sur les hauts plateaux.

Les Kirghizes sont des nomades : ils vivent en yourtes et se déplacent jusqu'à quatre fois par an en fonction des pâturages, du soleil et du vent. Leurs campements se situent entre 4.000 et 4.500m. Ils sont environ 1.200 en Afghanistan. Ils ne cultivent pas la terre et vivent grâce à leur bétail. Pour compléter leur alimentation, ils ont recours au troc avec les marchands ambulants et leurs voisins wakhis. Régulièrement, en hiver, les Kirghizes se réunissent et décident de lancer une caravane pour aller se ravitailler.

Voyager dans le Wakhan, c’est remonter dans le temps. Les hommes y vivent comme au premier jour… A côté, l’Afghanistan sans électricité parait moderne. Cette région est l’une des plus pauvres du pays. La culture de la terre est impossible au-dessus de 4.000m et il faut faire venir de l’extérieur la plupart des denrées vitales : sucre, sel, médicaments… et - Afghanistan oblige - opium. L’hiver dure huit mois et la température descend jusqu'à -40ºC. Dans ces conditions, l’existence y est très difficile : 1 enfant sur 2 meurt à la naissance et l’espérance de vie ne dépasse pas 40 ans. On estime qu’une grande proportion des hommes du Wakhan sont aujourd’hui dépendants de l’opium.

Le Wakhan est un endroit isolé et relativement épargné par les conflits. Depuis des siècles, cette région a toujours été à l’écart des troubles de la guerre. Protégés de hautes barrières de montagnes, ses habitants n’ont pas été confrontés aux talibans et au terrorisme. Ce sont des Ismaéliens, leur pratique de l’Islam est douce et modérée. Les femmes sont libres et se conduisent à l’égal des hommes.
Le gouvernement n’a pas réellement d’emprise sur le Wakhan. La seule organisation engagée à long terme pour le développement de la région est l’AKDN (Aga Khan Development Network). Mais des tours opérateurs y conduisent déjà quelques groupes de touristes…


Liens
- A voir, deux superbes reportages photos chez les Wakhis et chez les Kirghizes, du photographe Matthieu Paley. A découvrir sur le site www.paleyphoto.com, en allant sur "Stories" puis sur "The end of the corridor" pour les Wakhis ou « Forgotten on the Pamir » pour les Kirghizes.

- Il existe un document des Nations Unies (Programme Environnement) sur la nature et la vie dans le corridor du Wakhan, après une enquête en 2002. Il comporte 100 pages, richement illustrées). Vous pouvez le télécharger au format PDF

 - L’Aga Khan Foundation prépare un site d’informations générales sur le Wakhan à l’adresse www.wakhan.org

© 2009 Les Afghans au sommet - Association loi 1901